Qui peut devenir waliy (tuteur) ?

image_pdfimage_print

Question : Qui peut devenir le waliy (tuteur) d’une femme pour son mariage ?

Réponse : Voici l’identité des différentes personnes susceptibles de devenir waliy, en fonction des différentes écoles juridiques. Il est à noter que la présence d’un waliy proche privera celui qui est éloigné de son droit.

D’après l’école hanafite:

1. Le droit de wilâyah revient d’abord au fils (ou petit-fils…) de la femme

2. Ensuite, le droit revient au père (grand-père…)

3. Les frères, puis les neveux (fils du frère).

4. Les oncles paternels, puis les cousins (fils de l’oncle paternel).

5. Puis, s’il n’y a aucun parmi les personnes citées, le waliy sera le responsable des musulmans ou le « Qâdhi » (personne remplissant la fonction de juge au sein de la communauté musulmane; dans un pays non musulman, il pourra s’agir du « Moufti » de la localité.)

D’après l’école mâlékite:

1. Le fils.

2. Le père.

3. Les frères.

4. Le grand père.

5. Les oncles paternels (puis les cousins -fils de l’oncle paternel).

6. Puis l’arrière grand père…

7. S’il n’y a aucun des membres cités, le waliy sera celui qui a élevé la femme concernée et s’est occupée d’elle durant son enfance.

8. Puis, le droit reviendra au « Qâdhi » ou « Hâkim » (gouverneur au sein d’un pays musulman).

9. Puis s’il n’y a toujours personne parmi ceux là, le waliy pourra être n’importe quel autre musulman à qui la femme donne son consentement.

D’après l’école châféite:

1. Le père.

2. Les frères.

3. Les oncles paternels.

4. Le chef des musulmans.

D’après l’école hambalite:

1. Le père.

2. Le fils.

3. Les frères.

4. Les oncles paternels.

5. Le chef des croyants.

(Réf: « Al Moufassal »)

Wa Allâhou A’lam !

Et Dieu est Plus Savant !