Quelques questions sur la femme en Islam…

image_pdfimage_print

Question : Bonjour, J’aimerais savoir si les femmes sont heureuses de leurs conditions dans l’Islam, et si vous les jeunes vous l’êtes aussi. À chaque fois que je lis des textes sur les musulmans, ça parle toujours d’interdits et d’obligations. Personne n’a son droit d’expression ? Je veux savoir aussi si le test de virginité se fait encore pour les jeunes femmes (pratique que je trouve totalement stupide). Je ne comprends pas tellement votre religion au sujet des femmes. Vous les traitez comme des objets, vous leurs mettez une voile pour les cacher. Elles n’ont pas droit à leur opinion, on est à l’aube de l’an 2000, et vous agissez encore comme des siècles auparavant. Je me trouve bien chanceuse d’être dans une religion tolérante, et dans un pays « ouvert ».

Réponse : Bonjour ,

J’ai été agréablement surpris de votre franchise en lisant votre courrier. Je vais essayer de faire de mon mieux pour vous apporter des éclaircissements sur les différents points que vous abordez. Tout d’abord, je pense que vous serez d’accord avec moi: Il faut comparer ce qui est comparable. En matière de culture et de civilisation, il ne suffit pas de se focaliser sur tel ou tel aspect d’une religion ou d’une culture spécifique, d’établir des comparaisons avec sa propre religion et sa propre culture, et de sauter aux conclusions que « ma religion, mon pays… est meilleur que le votre. » Arriver à une telle conclusion sans connaître le sens profond de cette « autre » religion, sa philosophie, son histoire, ce qu’elle propose à l’humanité entière, le pourquoi de ses préceptes etc… relève d’une démarche intellectuelle et d’une attitude dangereusement simplistes. Je n’insinue nullement que c’est votre façon de procéder, pour la simple et bonne raison que, selon vos propres dires, vous désirez justement en savoir plus sur l’Islam, mais il importe de faire cette mise au point afin d’éviter de nombreux malentendus et d’engager une discussion constructive, dans un esprit d’objectivité totale.

Je tiens maintenant à rappeler, qu’effectivement, avant d’être une somme de lois (obligations et interdictions), l’Islam est surtout une spiritualité, c’est à dire qu’il représente une façon pour l’homme de se rapprocher de Dieu, de vivre avec Sa pensée, de sentir Sa proximité afin de mieux être envers soi-même et ses semblables. Dieu le rappelle dans le Coran : « Je n’ai crée les hommes et les djinns que pour qu’ils fassent Mon adoration. » Cet aspect de l’Islam est fondamental, et on a tendance à l’oublier : l’Islam est avant tout une foi. Mais, il est tout à fait logique que cette foi doit s’exprimer par des actes et gestes extérieurs, et pour cela Dieu a institué, comme Il l’a fait pour les autres religions révélées, un certain nombre de pratiques rituelles, mais aussi un ensemble d’obligations et d’interdictions. Ces obligations et interdictions ne représentent nullement une sorte de « carcan », limitant la liberté de l’être humain, homme ou femme (je tiens à préciser que ce n’est pas seulement la femme qui a des obligations et des devoirs en Islam, l’homme en a tout autant, pour ne pas dire plus…). A vrai dire, l’organisation sociale entière repose sur l’équation « droits et devoirs », car à partir du moment où des êtres humains s’associent pour mener une vie en collectivité, il devient nécessaire de fixer pour chaque individu des droits qu’il pourra revendiquer et des devoirs dont il devra s’acquitter. L’Islam considère l’être humain comme un individu responsable devant Dieu et devant ses semblables ; à partir de là, une musulmane et un musulman a aussi des droits et des devoirs, aussi bien envers Son Créateur qu’envers toutes les créatures (humaines, animales etc…). Ce qui, vous vous imaginez bien représente une somme considérable de règles à respecter, et c’est la raison pour laquelle vous trouverez souvent que les musulmans abordent cet aspect de leur religion. Cela ne signifie pas pour autant que l’aspect de la foi et du spirituel doit être négligé. Et cela n’a aucun rapport avec une quelconque « liberté d’expression »… car je ne vois pas où est la contradiction entre le respect des lois et la liberté d’expression.

Pour ce qui est du test de virginité, à ma connaissance, cela n’a rien à voir avec l’Islam ; il s’agirait plutôt d’une coutume ancestrale propre à certaines régions peuplées par des musulmans… Il faut à tout prix éviter de confondre les traditions propres à un peuple et les préceptes instituées par l’Islam.

En ce qui concerne la situation de la femme musulmane, l’amalgame

« voile »= « restriction de liberté pour la femme et atteinte à son droit d’expression »= »la femme est un objet »= « islam est une religion arriérée »

est un pur produit des médias occidentaux. Je ne me permettrai pas de prendre la parole au nom des femmes et exprimer leurs sentiments, mais ce que je peux vous dire, c’est que Dieu a fixé un certain nombre de principes (comme le port du voile, qui pose tant « problème ») en ce qui la concerne, et ces principes ont été déterminés pour préserver sa chasteté et son honneur. Ces principes participent de l’enseignement moral prêché par l’Islam. (Nous y reviendront par la suite.) A partir de là, la femme musulmane étant la seule responsable de ses actes devant Dieu, le choix de porter le voile ou non lui appartient. Si elle le porte de son plein gré, il n’appartient à personne de lui reprocher son attitude, car la liberté de conscience ne doit pas être à sens unique. Pourtant, on remarque souvent que les plus virulents à réclamer que la femme devrait être libre de son choix et de son opinion, sont aussi les premiers à critiquer les femmes qui choisissent justement de porter le voile… tout comme si, selon eux, la liberté de choix ne devrait que s’exprimer par le refus du voile… !

Pour conclure, j’ajouterai que je ne tiens nullement à porter de jugement sur la civilisation occidentale, car elle présente beaucoup d’aspects positifs, et il est vrai que de nombreux pays occidentaux offrent de grandes libertés aux musulmans quand à la pratique de leur religion. Mais un des grands problèmes auxquels les sociétés occidentales sont confrontées est celui de la morale. Malheureusement, c’est au nom de toujours plus de liberté que nous constatons la disparition de la morale et des valeurs de nos sociétés (plus particulièrement chez les jeunes), mais aussi l’augmentation de l’impudeur et du libertinage… Ce qui m’amène à penser que ce n’est pas la femme musulmane voilée qui devrait être considérée comme un « objet », mais bien celle qui, de nos jours, est utilisée pour attirer la convoitise des hommes, en jouant notamment le rôle d’appât commercial…. Regardez autour de vous… et vous verrez que quand on veut vendre un produit, on le fait présenter par une belle femme ! Si vous n’appelez pas ça un « objet de marketing », alors ça y ressemble beaucoup.

Que Dieu illumine nos cœurs et nous guide vers la Vérité !