Limite de la compensation financière lors du khoul’

image_pdfimage_print

Question : Lors d’une procédure de « Khoul' », y a-t-il une limite maximale par rapport au montant de la compensation financière donnée par la femme à l’époux ?

Réponse: Le « Khoul' » étant une procédure nécessitant le consentement mutuel, aussi bien de la part de l’époux que de l’épouse, il est donc indispensable que les deux arrivent à un accord sur le montant à s’acquitter pour que celle-ci ait lieu. Maintenant, s’il est vrai que la majorité des savants ont émis l’avis que ce montant n’est pas fixé et déterminé, il n’en reste pas moins que certains savants ont émis l’avis que celui-ci ne doit pas être supérieur à ce que l’époux avait donné comme dot à son épouse au moment du mariage. (Il est à noter qu’il y a aussi d’autres avis à ce sujet qui ont été émis.) Dr Abdoul Karîm Zaydân, dans son ouvrage « Al Moufassal », soutient le second avis et affirme ainsi qu’il est nécessaire que le montant de la contrepartie donnée lors du « Khoul' » ne dépasse pas le montant originel du « Mahr ». Il se base pour cela sur deux Hadiths, rapportés respectivement par Ibnou Mâdjah et Dâr Qoutni, dans lesquels le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) ordonne clairement à la femme de Thâbit Ibnou Qays (radhia Allâhou anha) ne restituer à l’époux que ce qu’elle avait obtenu en « Mahr » et rien de plus.

Wa Allâhou A’lam !

Et Dieu est Plus Savant !

Tags: ,