Fréquenter les membres de la famille de l’époux…

image_pdfimage_print

Question : Une femme divorcée peut-elle continuer à fréquenter les membre de la famille de son ex-époux ? Il y a un cas qui s’est présenté dans notre entourage, où, justement la femme a gardé de très bonnes relations avec son ex-beau père et belle-mère, ainsi que ses ex-belles soeurs… Elle se demande justement s’il y a un mal pour elle à continuer à les visiter…

Réponse: Je reconnais que c’est bien la première fois que je suis confronté à ce genre de question, et comme je n’ai jamais lu à ce jour d’avis émis par des savants à ce sujet, je vous ferai part de mon humble opinion personnelle:

Déjà, il y a quelques points très importants à garder à l’esprit:

  • Après la rupture du Nikâh entre un homme et une femme, ces deux personnes redeviennent des « étrangers » l’une par rapport à l’autre. Les règles en vigueur en Islam au niveau des contacts entre « étrangers » s’appliquent donc à nouveau à partir du moment où la séparation est effective.
  • A la suite d’un « Nikâh », les beaux parents deviennent des « Mahârim » (personne avec qui le mariage est interdit pour toujours), et ce, même si le « Nikâh » est rompu par la suite.
  • Les beaux-frères et belles-sœurs en Islam sont considérés comme des personnes étrangères (c’est à dire « Non Mahram ») à l’égard de l’époux (se), que ce soit durant le « Nikâh » ou après.

En gardant ces éléments à l’esprit, à mon avis, dans le cas que vous évoquez, cette femme divorcée peut continuer à fréquenter les parents (père et mère)de son ex-époux ou ses ex-belles sœurs et à garder de bonnes relations avec eux, et ce, en vertu des règles générales qui existent en Islam en matière de bon comportement envers autrui, à condition cependant que ces relations ne conduisent pas à des contacts prohibés entre elle et son ex-époux ou un autre membre « Non Mahram » de sa belle-famille.

Mais je rappelle à nouveau qu’il ne s’agit là que d’un avis personnel qui n’engage donc que moi et n’a en aucun cas valeur de « Fatwa » (avis juridique).

Wa Allâhou A’lam !

Et Dieu est Plus Savant !